BRM 200 Grenoble qualif PBP 1/4

160 cyclistes au départ. J’ai réussi à convaincre Nico de venir, vu la météo annoncé il est pas déçu d’avoir fait le déplacement: grand beau et jusqu’à 15° dans l’après midi.

Mon plan de route est simple, partir devant, pousser de façon modérée sur les pédales jusqu’à la première bosse, poussée fort dans la bosse, augmenter un peu la dose dans le faux plat montant suivant, puis à nouveau poussé fort dans la bosse, récupérer dans la descente et donner tout ce qui reste sur les 30 derniers kils tout plat.
En terme de watts, je vise 230 de moyenne normalisé, donc en gros 220 au début, 300 dans les bosses, 250 dans le faux plat et tout ce que j’ai à la fin.

Sur la place de départ, il y a beaucoup de monde, bon les blagues sur les gilets jaunes ça me saoul, mais là ça faisait vraiment rassemblement. J’avais un peu peur qu’on se prenne des flashball …
Sur place je retrouve quelques têtes connu, mais j’en rate pas mal, et vu mon programme, je sais que je ne verrai pas grand monde aujourd’hui.

7h pétante, le peloton démarre, on est tout au fond et on remonte rapidement pour se placer à l’avant. Ca roule pépère pour rejoindre la piste cyclable, puis on continue encore en suivant Jean-Phillipe jusqu’au barrage de Saint Egrève. Il fait plus frais que prévu. 1° dans Grenoble puis -3 sur la piste cyclable.
Je suis parti avec tout ce que j’avais amené comme fringue, mais j’ai la sacoche de selle 14l vide derrière. Bah je suis bien content d’être couvert, et je regrette d’avoir mis les gants fins.

JP nous lâche après le barrage et je me met au boulot de suite. En 5’ on a fait le trou et on se retrouve un petit groupe de 30, j’ai Nico dans ma roue, et on roule bien, 35 de moyenne, y a 2 gars que je connais pas qui prennent de bon relais, ça roule bien. Je lève le nez une fois pour faire le tour du groupe, mais je ne connais personne à part Nico.

On sort de la piste cyclable et dans la première montée, un gars tout en rapha noir se place à l’avant et emmène le groupe, profil grimpeur, tout sec. Je me cale dans la roue et je suis sans problème, c’est pas le cas de tout le groupe, et on perd quelques unités dans cette première bosselette.
Nico est au bout du groupe, quand ca repart je me met devant et je relance doucement pour le laisser revenir, il recolle rapido et c’est reparti.
La route entre les noyers et magnifique. Bon on est à l’ombre du Vercors et ça pelle encore sévère.

Une deuxième bosse et ce coup là l’ami Rapha (David) se place devant et emmène sévère, là faut que je pousse pour suivre, le truc c’est qu’en haut de la bosse y a le premier contrôle, mais le groupe avec lequel je roule en a rien à faire des contrôles, ils sont la pour le plaisir de rouler, et zap le CP. Je m’en rend compte que 4km plus loin. Je me retourne et on est plus que 7-8. Les autres se sont arrêtés ou il fallait. Je décide à contre coeur de laisser filer ce premier groupe. Mon but aujourd’hui c’est pas tant de faire des kils à bloc ou de finir premier, c’est de valider mon premier brevet pour PBP.
Donc je m’arrête et j’attends Nico qui lui a pas louper le CP. J’en profite pour faire une pause pipi et enlever la bache.
Rapidement Nico arrive mais pas en groupe, juste un autre cyclo.
Il a fait un controle rapide et essayer de me rattraper. Je récupère la réponse et on repart. J’ai une bonne idée du rythme des gars devant nous et en poussant un poil plus fort, j’imagine qu’on arrivera à les reprendre à un moment.
Je pousse 240w au lieu des 220 prévu. Nico a aucun soucis à suivre, c’est le genre d’allure qu’on emmène quand on pousse sur un léman. Par contre le 3e larron décide de décrocher, c’était peut être un peu violent pour lui.
On finit par trouver du soleil et ça fait vraiment du bien.

Ca commence à grimper et on voit au loin quelques unités du premier groupe qui sont à la traîne. Y a moyen de les reprendre. Dans le col à proprement parler, environ 5%, Nico lâche ma roue, je lui indique que je l’attendrai en haut. Quand j’arrive en haut le premier groupe s’est arrêté pour se regrouper, ils sont surpris de me voir revenu.
Nico arrive, puis un autre larron qui a du bien rouler pour revenir jusque là. Et hop on repart, sur des routes qui me sont bien connu car c’est les derniers km de précédents brevets. Je profite de ma connaissance du terrain pour mettre quelques patates, tellement drôle ;)

Ce coup là je rate pas le 2e contrôle, j’en profite pour ranger quelques épaisseurs dans la sacoche, puis on repart. Maintenant le profil est bien descendant, et ça roule fort. Je suis hyper content de mon vélo, bien souvent en position aero je n’ai même pas besoin de pédaler pour suivre la roue.

Les 15 derniers kils avant le 3e controle sont sur un profil montant, j’ai bien les jambes et je prend la plupart des relais, ça commence à peiner à l’arrière du groupe. Arrivé à Saint Donat en Herbasse, on zap la question et on décide de faire tamponner à la boulangerie, mais je regrette un peu cette option parceque même si c’est sympa d’acheter un cookie géant, y a de la queue, et faut attendre que tout le groupe ait commandé pour repartir. Ca traine. Bon au soleil c’est sympa d’attendre, mais moi les pauses c’est pas trop mon truc.

On fini par repartir, et je me remet direct en action, mais une partie du groupe a décidé de pas suivre, et certains qui aimeraient suivre y arrive pas. Je relève le nez histoire de laisser les wagons se raccrocher, mais je perd rapidement patience, je balance “Bon ça fait 10min qu’on attend, ils recolleront jamais” et là tout le monde se marre, ça faisant genre 1min qu’on attendait …
Bon clairement les gars allaient pas suivre, alors on repart. Je balance un gros relais sur la belle ligne droite en faux plat montant qui s’aligne devant nous.
Avant de partir j’ai mémorisé la question du prochain contrôle et le kilométrage, quand on est à 3km du point, on passe un croisement qui ressemble beaucoup à celui décrit pour le contrôle, par instinct j’enregistre la réponse à la question en me disant que ce sera le prochain croisement, les autres me disent que c’est là et moi je dis mais non c’est pas le kilométrage. Et 3km plus loin, pas de croisement, c’était bien celui d’avant. Ca panique un peu, bon on va pas faire demi tour, alors on roule, mais quelques kms plus loin je réalise que j’ai la réponse à la question. J’informe le reste du groupe, et on repart de plus belle, droit dans la bosse. On prend de plus en plus de % et le faux plat se termine en un joli petit col à 5-6%, David le grimpeur du groupe commence à me larguer, mais moi je suis pas venu enfiler des perles, alors je décide de m’accrocher.
Bonjour, on est à 125km, il en reste 75 et je décide de me mettre dans le rouge :D
Bon c’est cool je tiens la roue, derrière ça éclate un peu, mais une fois en haut on attend tout le monde, on est plus que 6, et en dehors des cols, ça roule bien groupir, donc autant s’attendre.
C’est Nico qui ferme la marche dans le col, mais il est vraiment pas loin.
Petite descente et on enchaine la toute dernière bosse, avec au sommet le dernier controle.
Ce coup là j’ai plus de mal à me mettre dans le rouge dès le pied de la bosse, David prend quelques mètres que je ne récupèrerai pas avant le sommet, mais je me met bien la race encore une fois, et ça va bien.
Petite pause au contrôle, Nico est juste derrière, et on repart.
Belle descente avec vu sur les Alpes, j’en profite pour bien manger et on se laisse filer jusqu’à Vinay puis on rattrape la piste cyclable.
Là je me relève 1min pour envoyer un message, je range mes petites affaires sur le vélo, faut pas qu’il y ait un truc qui traine, parceque j’ai la forme, et j’ai bien l’intention d’envoyer du lourd. Je rattrape le groupe, passe devant, et change l’affichage du compteur pour n’afficher que les watts et le compteur temps. Allez c’est parti pour 10’ à 250w histoire de voir.
Nico me dira après qu’on filait à 38kmh, ça moufte pas derrière, et quand je relève la tête les gens ont l’air soulagé, sauf que c’est Nico qui prend le relais, et Nico il est en jambe aussi, ça repart à la même allure, et David lui soufflera “T’es pas obligé de rouler à la même allure …”
Au bout de 2’30 je reprend la tête, et c’est reparti pour 10’ :D
Je me sens vraiment bien, à 38kmh ça passe vite ce retour. Hop je relève la tête puis laisse les copains bosser un peu. Je referai un relais de 5’ puis on finira tranquille en arrivant sur Grenoble.
Et voilà la boîte aux lettres, 200km tout rond en 6h36, 30.3kmh de moyenne pause comprise, je suis assez content. 32.5kmh roulé.
Les collègues me félicitent pour se retour express, et je suis bien content de l’état de mes jambes, je crois que j’ai jamais fini un 200 autant en forme.
Dans le groupe il y avait Dominique Briand, qui a bouclé PBP en 42h40 en 2003 et qui a pris un bon paquet de relais pendant la matinée, et qui me dira que je devrais revoir mes objectifs à la hausse, 60h trop facile pour moi …
C’est gentil Dominique, mais ce sera mon premier 1200, et je vais rester humble devant l’épreuve. En tout cas, voilà déjà 1 brevet sur 4 dans la besace, vivement le 300 dans un mois.