Semi marathon d'Annecy 2017

Semi marathon d’Annecy

En novembre dernier, je m’inscrivais au Marathon d’Annecy, j’étais au top de ma forme en cap, après un résultat sympa au cross de Versonnex.
Bon pas de bol, 15j après, je souffrais d’une fracture de fatigue lors de la saintelyon. Celle-ci m’a empêché de courir jusqu’à mi février. J’ai donc changé mon inscription marathon pour le semi.
Les premiers entraînements fractionné étaient prometteur, je tenais bien le rythme. Par contre quand les distances se sont rallongés, il s’est avéré que je manquait clairement d’endurance pour tenir le même rythme que l’an dernier. Je pensais qu’avec tout le travail sur le vélo ça allait compenser, mais non, ce sont 2 sports différents, et pour bien courir, il faut courir. (C’est fou ça non?)

Bref sensations de merde sur les dernières séances de frac, grosse fatigue à cause de la charge accumulé sur les blocs d'entraînements triathlon: pas de PR en vue sur la distance semi marathon.

Je décide de transformer cette course en gros entraînement au seuil, en me rendant à Annecy à vélo via le Salève et la fameuse côte de la croisette.

Je colle mes affaires de running dans ma grosse sacoche de selle, et je prend aussi un petit sac à dos avec mes affaires d’après course pour rentrer avec Nico (oui pas prévu de faire le retour à vélo)

Avec un départ à 14h30, et Nico qui a récupéré mon dossard la veille, j’ai tous mon temps. C’est donc à 10h que je décolle pour Annecy.

Il fait beau mais frais. Les manchons et le coupe vent ne sont pas de trop.

Cette fois-ci je ne me trompe pas de chemin et c’est en 1h que je me retrouve au pied du Salève. J’enlève toutes les couches superflues, et j’attaque cette belle bosse.

Je me calle sur mon intensité seuil (304w) et je fais mon 2e temps sur cette bosse, sans avoir trop tapé dedans.

[photo salève]

Je me rhabille en haut puis je fini tranquille jusqu’à Annecy. Pas trop de circulation mais c’est quand même une grosse route où je ne suis pas très à l’aise.
La traversée d’Annecy se passe sans soucis, et j’arrive sur le site de départ du Semi aux Paquiers.

Je m’y installe pour manger, et je profite du soleil en voyant les finishers marathon.
Et bien je ne regrette pas du tout d’avoir échangé mon dossard marathon pour le semi.
Ils sont tout cassé les gens.

Je mange le gros sandwich que je m’étais préparé, il ne reste que 2h avant la course. Ca serait bien qu’il soit en partie digéré avant de m’élancer.

Après manger, j’ai encore pleins de temps pour me préparer. Je me nok les pieds, et enfile ma tenue de course à pied:

short noir nike
tshirt gravity race compressport noir
chaussette run speed xsocks
NB 890 v2 (elles ont dépassés les 500 bornes, mais toujours aussi confort sur le bitume)
Buff coupé en 2 en bandeau pour moins de chaleur, et quand même une bonne rétention de la transpi.
lunette de soleil

Je passe ensuite une bonne demi heure à faire des étirements. J’ai la fesse et la hanche gauche qui fatigue et contracte pas mal en ce moment.

Je range toutes mes affaires de vélo puis laisse mon sac à la consigne. Maintenant il me reste plus qu’à attendre Nico, à la buvette.
Non pas de bière d’avant course.
Nico arrive et on part s’échauffer jusqu’à la ligne.

Je suis dans le sas 1h31 - 1h45 mon PR est à 1h36, bon aucune chance. A Genève j’avais fait 1h39, ça m’irait bien de rester en dessous, on verra ce que ça donne.

Bon c’est sérieux autour de moi, ça parle pas, ça rigole pas, les gens sont là pour bosser!

Y a quand même une nana qui arrête pas de me matter, je pense qu’elle essaye de lire ce qui est écrit sur mon Tshirt.
Bizarrement moi aussi je suis concentré, 2 fois j’hésite à entamer la discussion, mais finalement je reste dans ma bulle.
J’ai un peu d’appréhension, depuis hier, la peur de me blesser.
Alors que tout va bien depuis ma reprise, hier j’avais de drôle de sensation sur le pied, à l’endroit de la blessure. Ca serait vraiment con que ça repète maintenant.

Bon je me sens pas bien avec les lunettes, je les range dans ma ceinture. Ah ça y est ça s’agite. Mais? Ils font avancer tous les sas, on se retrouve agglutiné, bof, c’est quoi l’intérêt d’avoir des sas si au final on part tous en même temps, sans espace.

Devant moi un grand gars avec un sac à dos, au final, je vais faire quasi toute la course avec lui.
Et pan c’est parti. Enfin pas trop vite, avec tous ce monde, c’est lent.
Arrive le premier virage, ça bouchonne, mais par contre juste après, zou, ça s’emballe. Youhou c’est parti.
Bon le cardio est un peu haut, forcément je suis 10s trop vite au kilo. C’est limite mais ça peut tenir. De toutes façons mon plan de course c’est de la jouer au cardio. À 168, je suis 10bpm sous le seuil, je vais gentiment laisser monter pour passer au seuil à mi course, et fini 10bpm au dessus.
La vitesse, on verra bien.
On sort d’Annecy et on cours sur la piste cyclable, c’est pas très large mais ça va bien quand même, les gens ont plutôt tendance à me double que l’inverse, donc je ne suis pas géné.
La température n’est pas très élevé, 15-16° mais le soleil tape, je boirai bien un coup, mais mince ils sont ou les ravitos?
J’ai carrément pas fait mes devoirs, aucune idée du nombre et du positionnement des ravitos.
Voici la petite montée au passage du pied du Semnoz, je relance et commence à doubler du monde.
Ouf 3e kil, un ravito.
Je choppe 2 verres d’eau, les pinces et bois quelques gorgées, et c’est reparti.
Je vois toujours le gars avec le sac à dos pas loin devant. Je suis aussi un vieux du TMT depuis le début, il me distance un peu, et une nana me double, très jolie de dos, mais elle file vite. Ciao bella.

Ça défile, cardio niquel, tout va bien, la fesse ne me gène pas, le pied est indolore. Km8 je rattrape le gars du TMT, et je le passe. C’est bon signe.
Je rejoins ensuite le mec au sac à dos, mais au ravito il trace et je dois revenir sur lui.
Tiens on croise les premiers qui sont sur le retour, 40’ de course mais tout va bien.
Nous voilà maintenant au bout du parcours, Saint Jorioz, et on va prendre quelques passages du parcours de l’alpsman.
Ravito de la mi parcours, je reperd le gars au sac à dos, il va falloir essayer de monter un peu en pression maintenant.
On sort de Saint Jorioz, par le parcours Alpsman et la petite montée le long du champ passe bien mieux qu’après la reco velo.
Le cardio monte, mais rien de foufou, je me sens toujours bien.
Ca relance même pas mal grâce à un terrain légèrement favorable, hmmm ça sent le reverse split, j’accélère.
Je rattrape d’ailleurs la jolie nana de tout à l’heure et la passe. Elle est scotchée, partie trop vite probablement. Et hop je retrouve le sac à dos, c’est une horloge ce mec.
Au ravito suivant je commence à prendre de la boisson energie par petite gorgée. J’en ai pas vraiment besoin, mais j’ai rien à manger sur moi, et clairement pas le temps d’attraper une banane ou orange.
Km17 je commence à avoir l’arrière des cuisses bien fatigué, ça tire.
Je ralenti, le cardio baisse.
Allez mon Tom lâche rien. Je relance, ça va moins vite qu’avant, mais je garde l’intensité.
Ca commence à me piquer les couilles, trop de frottement avec la transpi du vélo aller.
J’aurai du me graisser les couilles, vu que je pouvais pas prendre de douche entre les 2.
Ils sont long c’est derniers kilos. Je commence à perdre le mec au sac à dos, il garde le rythme lui, moi je faiblis un peu. Pas grand chose, mais ça suffit à mettre de la distance.
Heureusement on arrive en ville, beaucoup de spectateurs et d’encouragements.
Ca motive, j’ai la banane.
Km19 on voit l’arche, ouille elle est tout prêt, on va pas y aller directement, on va forcément tournicoter avant d’y arriver, c’est dur ça.
Km20 elle est juste là, mais on prend pas le pont des amoureux, on file à gauche faire le tour du canal. Rahhhh.
Ca double un peu, mais vu l’état de mes jambes, je préfère pas relancer ou amorçait un sprint sur les 500 derniers mètres, et de toutes façons je suis hors jeux niveau chrono.
Et voilà la ligne, fini, 1h38’59 :)
Bien sympa ce semi, bonne ambiance, paysage magnifique, parcours assez plat et pas du tout ennuyeux malgré le format aller retour.

Bon bah pour une sortie au seuil ça c’est plutôt bien passé. Pas de bobo, et 2j après j’étais d’attaque pour reprendre l'entraînement, prochaine étape: ALPSMAN !!!