Traversée du massacre 2017

Premier dossard 2017, c'était pas gagné après la blessure à la saintelyon. Il m'a fallu 3 mois pour m'en remettre.
Avec le métatarse abimé, pas de course à pied, pas de ski de fond, et pas de ski de rando. Bref pas top pour le sport d'hiver. J'ai donc acheté un Home trainer, et j'ai fait du vélo, beaucoup de vélo.
J'ai fait du ski de piste aussi, mais seulement avec les enfants.

Finalement, mi février j'ai pu me remettre au skating, pas de grandes ambitions, mais avec des conditions de glisse idéale, ma 2e sortie de remise en jambes s'est transformée en récolte de PR.
Gonflé à bloc, je décide de m'inscrire pour la traversée du Massacre, comme l'an dernier. Et comme je suis un mec sympa, j'invite mon pote Yann à faire de même. Il est toujours partant pour les défis à la con.

Bon forcément avec l'hiver pourri qu'on a eu niveau neige, la course est raccourcie, les prévisions météo sont bof, ça craint.
Je décide donc de ne pas faire d'affutage et de continuer mon plan d'entrainement Vélo, et on verra bien le dimanche si je fais la course ou pas.
Donc le jeudi grosse séance de muscu des jambes, et le samedi, test PMA (Palier de 30w sur le trainer jusqu'a ce que je puisse plus pédaler).
Quand je me lève le dimanche, le ciel est dégagé mais j'ai les jambes qui piquent ... grave!

Bon en ce moment je me lève très tôt, donc j'ai le temps de bien déjeuner, et surtout de faire une grosse séance d'étirements et d'auto massage (des jambes hein bande de pervers).
Ca va pas trop mal, je décide d'aller faire la course.
matos

Oh lala, après avoir passé le col de la Faucille, ça neige. Et pas qu'un peu. Mais dans quel galère je me suis embarqué?
neige Finalement ça se dégage, et il fait presque beau en arrivant à la Darbella.

depart

Je suis le premier concurrent arrivé, cool. Je trouve un super spot pour garer le camion juste à côté du départ.
Je récupère mon dossard, le 157. Je vais sur la ligne de départ et réalise que ça me place en 2e ligne (sur 3).
Super content, je pensais pas que mon résultat pourri de l'an dernier aller me placer là.
Je retourne au camion me changer. J'ai pas mal de temps à tuer, mais je suis bien installé.

dans le camion

Une fois prêt, je me décide à aller m'échauffer. Arf, j'arrive pas au bout de la 1ère montée, 500m après le départ que ça pique déjà les jambes.
échauffement Je retourne doucement vers le départ quand je croise Serge, un pote cycliste qui fait beaucoup de ski de fond, il a la forme, il va bien s'amuser, lui.

Je retrouve mon Yann, il est tout content d'être là, lui aussi il a eu peur de la neige, mais finalement tout va bien.
tronche de cake On retourne s'échauffer ensemble. Je dis rien sur l'état de mes jambes, et je sers les dents. Et là je réalise que je glisse légèrement mieux que lui.
Faut dire que j'ai bien farté hier soir.

il fait beau

On se pointe sur la ligne de départ, Yann vers le 3e sas et moi le 2e. Mais là, on m'interdit l'accès à la 2e ligne????
La nana me demande de retourner au chalet pour vérifier mon dossard. A 1min du départ, bien sur. Finalement elle me laisse rentrer en 2e ligne, lui ayant indiqué que j'allais de toute façon me mettre tout derrière.
Finalement une autre personne de l'organisation arrive avec le dossard 257, il y avait eu erreur.
Je passe donc dans le 3e sas, à ma place avec les skieurs d'opérette.

Et pan, c'est parti. Merci l'échauffement, je suis à bloc dès la première bosse.
Rapidement je prend un peu d'avance sur yann, ça glisse bien, mais je me retrouve entre 2 groupes
Et quand on se retrouve exposé au vent, je fais des efforts pour rien.

On arrive au virage à 180° du bout de la 1ère partie du parcours, je peux constater que j'ai une bonne avance sur Yann.

Bon ça commence à vraiment grimper, certains gars que j'ai doublé me reprenne et en haut de la bosse je vois que Yann revient.

1er ravito au 9e km, et là ça commence à devenir difficile: fini la bonne glisse. J'ai l'impression d'être passé dans un pot de colle.

On attaque alors la vraie bosse, et yann me passe. Rahhh.
Je le garde en visu, il y a pas une si grosse différence de niveau, Mais ça commence à vraiment tirer sur les cuisses: semi membraneux et adducteurs.

muscles

J'ai l'impression que je vais me déchirer l'arrière de la cuisse, je sens chaque fibre musculaire se tendre, bon faut ralentir.
Enfin j'arrive en haut de la bosse, et j'ai les jambes tétaniqué :(

On file alors vers lajoux, je vois toujours yann devant, mais ça glisse pas, fait chier. Je pensais pouvoir le rattraper.
A la fin de la descente je ne vois même plus yann. Je le retrouve quand même au ravito du bout du parcours, maintenant il faut rentrer.
Il fait grand soleil dans la combe à la chèvre, ça chauffe.
Arrivé à la bosse de la combe à la chèvre je retrouve mon Yann tout en haut, et moi faut que je me mange ce mur. Est ce que je peux le rattraper?
Arghhh ça fait très mal, plus possible de glisser dans le très raide, "mets tes 2 pieds en canard ... C'est la chenille qui ..." bon ok j'arrête là.
Bon c'est dur, mais ça passe. Tout en haut je reprend de la glisse, je repasse les gars qui m'ont doublé dans la combe, yeahhh.

Dernier ravito puis descente, mais il sert à rien ce ravito il reste quoi 5km. Ca aurait été mieux d'avoir à boire à lajoux, parceque là bas y avait que du solide.

Tiens les 2 derniers coup de culs passent bien, je me suis refait dans la descente, par contre plus de Yann en vue.
Je suis tout seul, pas de sprint, et au final j'arrive 2min derrière Yann.

Je fini 142e, c'est 37 places de gagner par rapport à l'an dernier, bon ça va toujours pas me donner accès au 2e sas, mais pour une course avec 2 sorties "d'entrainement", sans aucune préparation autre que du vélo, et un non-affutage assez violent, bah je suis bien content du résultat.

bière

Bon maintenant je peux reprendre la course à pied, yeahhh!