Triathlon de Rumilly L

Bon fini de rigoler à rouler à la cool pendant des heures, ce weekend c’était la course, allez vite, plus vite que les autres. Bon ça c’est la théorie, je sais bien qu’en pratique je suis pas très rapide, et y a vraiment que sur le vélo ou j’arrive à grapiller quelques places. Mais avec l’achat d’une combinaison de natation digne de ce nom, j’avais espoir de faire un bon temps dans la marre au canard. J’ai fais quelques entraînements dans le lac léman, et malgré une eau bien fraîche (entre 8 et 10°c) j’ai battu mes meilleurs temps sur 1000:15min et 1500m:23min.

J’étais bien excité avant la course, après 4 mois d’entraînements intense, j’avais une grosse envie d’en découdre. Je n’étais même pas censé concourir ce weekend, mais avec le mauvais temps, les plans familiaux sont littéralement tombés à l’eau. Alors je me suis inscris à la dernière minute à ce triathlon taille L, L comme Long Distance.

1.4km de nage, 71km de vélo et 18km de course à pied.

Objectifs: Tout donner sur le vélo, pour bien me cramer les pattes et voir ce que ça donne de courir avec les jambes vraiment fatiguées, pour avoir une idée de ce que ça va donner sur l’Ironman.

Mes prévisions: sous les 22min dans l’eau, 28,4kmh (2h30) de moyenne sur le vélo et 5’45/kil en cap. (1h40)

Samedi soir: Je ressors ma checklist triathlon, et je rassemble mes affaires dans la caisse de transport. Cool je retrouve tous le matos sans soucis. Il en faut du bordel pour un triathlon.

Dimanche matin, j’avais pas mis de réveil mais je suis debout à 6h, je me suis réveillé 4 fois pendant la nuit, yep jour de course, je suis vraiment excité.

Gros petit dej à l’anglaise, avec un départ à midi, je peux me gaver le matin. J’enchaine ensuite avec le petit dej de la marmaille, puis on approche de 9h. Je charge la voiture, je me prépare des sandwichs pour la route, et hop c’est parti.

Bon je sais pas pourquoi mais le gps marche pas. C’est pas bien grave, c’est tout simple pour aller à Rumilly.
En arrivant vers Annecy, il fait beau. Cool

Et juste en sortant de l’autoroute, je me retrouve derrière des gars du 01, avec des vélo dans le coffre, ça doit être des triathlètes, ça manque pas, je les suis jusqu’au site de départ.
Il y a beaucoup de monde, je me gare à perpète, juste derrière les gars que je suivais. Je prend ma licence et j’enfourche mon vélo pour aller chercher mon dossard.

Dans la queue un gars entame la conversation en parlant vélo, il aime bien mon Rose. De fil en aiguille, j’apprend que ce sont en fait les gars que j’ai suivi, qu’ils viennent du pays de Gex aussi, et qu’en fait l’un des deux est un pote de mon pote Joël, et il m’avait même fait passer un entretient d’embauche il y a 5 ans. Le monde est tout petit .
Une fois le dossard récupérer, on retourne aux voitures, il commence à pleuvoir. Je transfert le contenu de la caisse dans mon sac à dos, j’enfile mon ciret de voileux, et je tape la discute avec mes nouveaux amis.
A ce moment là arrive Guyllaume, un jeune de Crozet qui s’est mis récemment au triathlon. Il va faire le M (medium distance).
Je me dirige ensuite vers le parc à vélo, il pleut de plus en plus fort. Je regarde les jeunes courir leur duathlon (la partie natation a été annulé pour eux car l’eau est trop froide 16.4°C) en attendant l’ouverture du parc.
En attendant l'ouverture du parc, il pleut
En attendant l'ouverture du parc, il pleut
J’installe ma zone de transisition, les gars du pays de Gex sont juste de l’autre côté, et à côté de moi je rencontre pour la 1ère fois les gars de mon club de triathlon. On est 4 à représenter les couleurs du Team Liberty Bikes.
On est bien serré dans le parc.

Je me change à côté du vélo, mais je ressors rapidement du parc pour une dernière vidange avant d’enfiler la combi. (3e vidange depuis que j’ai garé la voiture)
Ahh on est bien dans la combi, ça réchauffe. On part ensuite à la mare aux canards.
Je me met à l’eau pour l^échauffements, 16.4°, c’est chaud
Je fais 200m, tout va bien. Par contre la zone de départ est bien étroite, et on est près de 200 à prendre le départ.
L’ambiance est décontracté, ça grelotte un peu, mais tout le monde à le sourire, je discutte avec un peu tout le monde, puis c’est le briefing du départ et dans la foulée TUUUUTTTT.
Zut j’ai pas fait gaffe à ma position, je suis en plein milieu, tout devant. Dans le bordel quoi. Bah je vais le payer.
Dans la 1ère ligne droite jusqu’à la bouée, c’est la merde. Beaucoup de monde, je pars vite pour essayer de prendre de la place, mais rien n’y fait. Je suis à bout de souffle. Je ralentis, mais on me monte dessus.
Gros sentiment d’oppression, j’étouffe.
On arrive à la 1ère bouée, c’est le boxon. Je bois la tasse 2 fois, et je tourne. Un peu plus de place ensuite, mais j’ai l’impression d’être trop serré dans ma combi.
J’étouffe.
2ème bouée, je la prend large. Plus de place, ça y est je respire. J’allonge mes mouvements, je sens la glisse revenir. Le sentiment d’oppression disparait. Ca y est je suis bien. La montre bip, 500m parfait je vais me refaire. J’augmente la cadence, 3e bouée, et on repart pour un tour. Je rattrape un groupe, puis un autre. Ahhh c’est bon.
La montre bip à nouveau, 1000m, mais je suis déjà dans la dernière ligne droite. Le gps a du déconner dans la cohue.
Je sors de l’eau, en pleine forme. Je vérifie ma montre, c’est un 21 min que je vois, excellent. Mon temps dans l’eau: 21’38 pour 1400m, pile poil dans mes prévisions. C’est du 3.8kmh de moyenne

Arrivé dans le parc, y a encore quasi tous les vélos. Je suis le 1er de la team, mais de l’autre côté, fred est déjà là en train de s’habiller. Il a peur d’avoir froid alors il met tout ce qu’il a.
Moi j’enfile juste mes chaussettes, chaussures et mon maillot de vélo, j’ai de quoi me couvrir dans les poches: manchons, gants, kway. Je sais que je vais avoir chaud dans la montée, pas besoin de me couvrir tout de suite.
J’enfile mon casque, et je sors du parc, devant les copains.
On m’annonce 62e, plutôt cool. En fait je sors de l’eau 86e, je fais donc une transition super rapide.
Il fait froid sur le vélo, surtout au jambes, le cuissard tout mouillée, ça caille. Heureusement on attaque direct en montée. J’ai les jambes super raide, mais je pousse du plus fort que je peux.
Il pleut presque plus.
Toto sur le vélo
Cardio à 170bpm, c’est la bonne fréquence. Ca monte assez raide dès le début, quelques gars me dépassent, mais j’en dépasse aussi. Le niveau est assez homogène, pas de gros écart. Je vois un gars avec des gros cuisseaux devant moi, c’est ma target, il faut que je me le fasse. Il grimpe un poil moins vite, mais il reprend dans le plat.
15km en 34min pour 300m D+, correct je suis un poil en retard sur mon objectif.
On attaque le Semnoz, et la c’est raide. La vitesse chute, mais je reste dans le même rythme que les gars autours de moi.
Je dépasse Mr gros cuisseaux, je le reverrai pas
Je réalise que j’ai oublié de graisser ma chaine avant de partir. Bon le vélo est réglé aux petits oignons, alors ça gène pas, pas de bruits parasites, les vitesses changes bien.
Mais un peu plus loin un bruit de frottement à l’arrière, j’ai resserré le cable de frein avant de partir et quand je force dans les gros pourcentages, ça touchotte le frein.
Je débloque l’étrier de frein avec la manette qui sert à libérer la roue. Il faudra que je pense à rebloquer avant la descente.
Arrivé à 1400m il commence à faire très froid, il y a encore beaucoup de neige sur les bords de la route, et je rentre dans les nuages. Quelques gouttes, mais rien de génant.
Il y a beaucoup de vent sur les 2 derniers kils, mes jambes me font bien souffrir, surtout les ischios-jambier (l’arrière des cuisses). Je suis resté “en prise” pendant toute la montée.
La selle a un drôle de comportement, quand je suis en position la plus droite possible et que j’utilise au maximum la traction sur les pédales, la selle semble être toute molle et se déformer. Par contre aucun soucis dans les autres positions.
Durant cette longue montée (1h08) pas grand monde me double, et je double 8 gars. Je mettrais donc 8min de plus que ce que je voulais
Enfin en haut, je m’habille rapidement avant le ravito, tout en roulant.
Je pense à resserer mon frein arrière et j’entame la descente.
Je m’arrete quand même au ravito pour enfiler mon buff, il fait vraiment froid et je me couvre les oreilles, par contre besoin de rien au ravito.
J’attaque la descente, et je compte mes victimes, je doublerais 8 gars.
J’ai très froid au pied, mais rapidement je ne les sens plus. Je suis très concentré sur la route qui est en assez mauvais état, et y a de bonnes épingles à négocier.
Ca se réchauffe, et j’en ai marre d’entendre mon kway claquer dans le vent.
je l’enlève à 40kmh …
46kmh de moyenne dans la descente.
Dans la partie plate un gars que j’ai doublé dans la descente me reprend, mais je double 3 autres gars.
Ca roule fort, 40kmh, sauf dans les petites bosses ou je retombe à 20, j’ai mal aux pattes.
J’aurais quasi pas pris l’eau sur le vélo, cool.
J’aperçois le plan d’eau, c’est la fin du vélo. Tiens pas de soucis de popotin, malgré une selle sur laquelle je n’ai fait que 30km d’essai.
J’enlève les chaussures en roulant, je descend du vélo et j’entre en transistion, ouh là là que les jambes sont raides.

17min de plus que mes prévisions, c’était vraiment dur cette ascension du Semnoz.
Je m’asseois pour enfiler les chaussettes sèches, j’ai les pieds gelés. Je lace mes chaussures, et pars pour la course à pied. Je garde mon buff et mes manchons, j’ai peur d’avoir froid.
je cours
Rapidement envie de pipi, je trouve un arbre et me soulage, à ce moment une nana passe et gueule, c’est pas juste, ça fait 1h que j’ai envie et que je me retiens. Je lui indique que j’ai fait les 3 dernières gouttes pour elle …
Je repars, mais un truc me gène dans la chaussure droite, un pli de chaussette surement. J’ai peur de chopper une ampoule alors je m’arrête, je déchausse, rien, la chaussette est niquel. En fait c’est mon pied qui est gelé, et je retrouve des sensations juste à cette endroit.
Je repars, les jambes sont bien, je trouve un rythme facile et j’enchaine. 1er kil en 6’23 pause pipi et pause chaussure comprise, correct.
2e kil en 5’13
3e en 5’01
ouh là, ça va vite. Pourtant je force pas, cardio en zone 3.3, donc pure endurance, bon tout va bien, je laisse filer.
Une grosse bosse dans le 4e kil et je passe à 5’37, elle m’a fait un peu mal aux pattes cette bosse, je retrouverai pas le rythme initale, mais je reste dans la même zone cardio.
J’ai chaud, je baisse les manchons et je pense à les laisser quelque part, peut etre à la transition à la fin du 1er tour.
Le 1er me double.
5e en 5’20
Ca va osciller en dessous de 5’30 tout du long de ce 1er tour.
6e kil je croise Fred le pote de joel, j’ai 2kil d’avance.
Ca commence à tirer derrière les cuisses à nouveau, comme sur la fin du vélo.
je cours
Depuis le début de la cap, j’ai pas mal de flatulence, mais là je commence à me retenir, de peur de lacher un loup.
Il fait froid à nouveau je remonte les brassieres, finalement je les gardes
Il se met à pleuvoir, fort, mais pas longtemps. Juste ça pelle.
Je m’arrête au ravito à la fin du 1er tour. J’ai la dalle.
re pipi juste après, au même endroit, personne pour me faire de réflexion ce coup là
Et il se met à faire beau, cool.
Je commence à être mal niveau caca, ça pousse au portillon.
Et ça tire fort dans mes petites pattes arrières, j’au mal. Mais le rythme reste bon, un peu au dessus de 5’30 maintenant.
Un gars dans son 1er tour me double, il me dit qu’il a pris la neige en haut du Semnoz. J’entendrais un peu plus tard que certains on pris la grèle.
km12 j’en peux plus, je demande du pq au ravito. il en a pas, zut. Je pense à me planquer dans le fôsser et me torcher avec des feuilles, à la roots, mais on rentre dans un village, zut.
km13 en passant devant une maison, je demande à squatter les chiottes, gentiment les gens me montrent le chemin. Bon je vous fait pas de dessin, mais en gros j’ai défoncé les chiottes. Je prend le temps de mettre un coup de brosse, remercie les gens, et repars.
Ahhhh je me sens mieux, pu besoin de serrer les fesses, et pu mal aux pattes.
km 14 je me faits doubler par un gars du club, zut je finirai pas 1er, et impossible de le suivre, il court vraiment plus vite.
km 14.5 je recroise fred, plus qu’1k d’avance. Je relance pour pas me faire rattraper, mais j’ai super mal derriere les cuisses. Je lâche rien.
15e kil en 5’15 allez Tom tu y es presque plus que 3 kil, un gros 1/4 d’heure.
Et voilà la dernière montée, je vois Guyllaume et ses parents, chouette une photo:
Finish au soleil
Je fini les 18k en 1h40’30
moyenne: 5’39 couru, 5’45 réel avec les pauses. C’est pas mal, et pile poil dans mes prévisions.

Au final :
78e sur 175 classé avec 185 partants
86e en natattion
36e en vélo
153e en course à pied
Un gros vélo je vous avais dis
Dans la zone d’arrivée je retrouve Guyllaume et les nouvelles connaissance qui arrivent. J’enfourne les mini sandwichs au jambon de pays, MIAM. Il fait beau, c’est le bonheur.
Il est déjà temps de remballer, hop direction voiture. Je vais pour me changer, mais mon jean à pris le pluie, je vais rentrer en cuissard.
J’ai FAIM, je veux des burgers, je trouve un quick sur google maps, mais je me perds en route. La lutte dans Annecy pour retrouver ce foutu quick.
Etant en cuissard je reste dans la voiture, et prends au Drive. Je m’arrete sur le parking pour manger peinard. Mais je laisse les phares allumés. Tout d’un coup la musique s’arrête. Oups plus de jus.
Je demande de l’aide, et un mec sympa me donne un coup de jus. Je stress un peu car ça marche pas du 1er coup. En fait il avait mal installé les pinces de son côté.
Finalement la voiture redémarre, et enfin je peux rentrer.
Ouf